Du XVIII ème siècle aux années 1930 (1ère partie)

GD Star Rating
loading...

En 1728, nous avons le premier traité de prothèse dans le « Chirurgien Dentiste » de Pierre FAUCHARD. A cette époque, les matériaux ne manquaient pas.

A défaut de dents humaines, FAUCHARD fait sculpter la dent d'hippopotame, la défense d'éléphant  ou de phoque, le fémur de mulet ou de bœuf.

Il sculpte en prenant des mesures au compas sans empreinte ni modèle.

FAUCHARD connaissait les dentiers complets sans palais. Il taillait dans un bloc d'ivoire un bandeau représentant les dents tant bien que mal. Certains de ces bandeaux sont de véritables bijoux, car il faisait exécuter par un émailleur un revêtement imitant la forme des dents, leur couleur, ainsi que celle de la gencive. Les dents d'hippopotame présentaient de nombreux avantages : une teinte constante et uniforme, une plus faible dureté qui facilitait la sculpture et le travail d'adaptation, une plus grande harmonie avec les dents restantes. Dernier avantage, et non des moindres, une seule dent d'hippopotame suffisait pour la réalisation d'une prothèse.

Sur les photos 4 photos ci-dessous, les prothèses bimaxillaires sont en ivoire d'hippopotame. Elles sont munies de ressorts à spirales fabriqués artisanalement.

prothese dentaire en dent d\'hippopotame ivoire

prothese dentaire en dent d\'hippopotame ivoire

ivoire avec ressorts à spirales 2

ivoire avec ressorts à spirales 1

Messieurs FAUCHARD et BOURDET (1690-1761) ont expliqué, dans un traité de 1723, comment construire de tels ressorts. Les dents antérieures de ces prothèses sont anatomiques alors que les dents postérieures ont des faces occlusales réduites et à peine sculptées.

N.PERIER

A suivre

Du XVIII ème siècle aux années 1930 (1ère partie), 5.0 out of 5 based on 2 ratings

Termes recherchés les plus populaires (depuis Google, Yahoo, Bing, ...) :


Date de la dernière mise à jour : 3 février 2010

Ecrire un commentaire